mardi 15 octobre 2019

France Miniature, un parc de loisirs à taille humaine

S’il y a bien un parc de loisirs auquel je reviens avec plaisir c’est France Miniature. Oubliez les prix exorbitants à tous les coins du parc, la foule, les files d’attente, la musique et les décors en carton-pâte à outrance de chez Disneyland. A France Miniature, nous prenons notre dose de paysage et de patrimoine en déambulant parmi les régions françaises, dans le calme ! Parmi les visiteurs, des vacanciers, des touristes et beaucoup de familles, qui, comme nous, viennent passer une belle journée de détente.

Nul besoin de prendre l’autoroute pour ce tour de France en une journée dans le plus grand parc de Miniatures d’Europe, avec 117 monuments à l’échelle 1/30e. De la Tour Eiffel au Mont-Saint-Michel, en passant par le Port de Saint-Tropez, Lourdes ou le Château de Versailles, les maquettes réparties sur le parc (en forme d’hexagone) sont ponctuées d’animations et d’expériences interactives. Le coup de cœur des filles reste le chantier de fouilles archéologiques où elles passent un temps fou à chaque fois à chercher des trésors. Les défis de Fort Boyard ou les dessins de Lascaux à reproduire ont aussi leur petit succès. 

La parade des Zotos, circuit couvert de petites automobiles, attire toujours autant d’enfants. Il s’est enrichi cette année d’un espace de parcours façon accrobranche, nommé le filet des Zacrobates. A France Miniature, nous ne sommes jamais déçus, chaque année de nouvelles activités sont proposées et le parc évolue remarquablement bien depuis plusieurs années. Des animations sont aussi proposées à certaines périodes. Pour Halloween, sorcières et gargouilles seront de la partie.

A mi-parcours de la visite, il y a toujours les tant attendues attractions à sensations plus ou moins fortes. Seule condition, mesurer plus de 105 cm voire 125 cm pour avoir la tête en l’air ou à l’envers.
France Miniature: 117 monuments en maquette

Notre Dame de Paris à l'échelle 1/30e 
Même pas peur à France Miniature
Toboggan de course à France Miniature

Fouilles archéologiques à France Miniature

La parade des Zotos de France Miniature
Billets adulte 22 euros, enfant (4-14 ans) 16 euros. Tarifs préférentiels en ligne, à partir de 15 euros.

France Miniature, Boulevard André Malraux, 78990 Élancourt

mardi 1 octobre 2019

Mon curriculum vitae de maman

Un (trop) long moment que je ne suis pas venue par ici. L'été et la rentrée ont été propices à une réorientation professionnelle couvée de longue date. Je me suis donc naturellement replongée dans les CV et autres lettres de motivation. 
Ce qui m'a donné l'idée de ce post version assistante de direction de ma petite PME familiale. 
En tant que maman, j’ai acquis certaines compétences inestimables mais difficiles à mentionner dans un CV. 
Pourtant si on y regarde bien, j’ai développé une certaine expertise que je tiens à valoriser ici puisque personne ne le fera pour moi. 
Voici mes points fort en gestion parentale.

1. Détecter le moindre mensonge ou la moindre bêtise. Un sixième sens dont les filles se passeraient bien.
2. Voir d’un seul coup d’œil si elles ont de la fièvre ou pas. Même pas besoin de toucher le front, le teint et les yeux suffisent. Tout comme un simple regard suffit pour savoir s’il est temps de dire « file aux toilettes » ou « c’est l’heure de se coucher ».
3. Connaître les noms des professeurs, des camarades de classe et même de leurs parents et fratries. Je suis d’une grande curiosité concernant les prénoms, alors que le papa ne retient que la physionomie.
4. Prévoir et organiser. Toute l’année je suis l’agenda familial personnifié. Que ce soit pour les vacances, les anniversaires, les cadeaux, la garde-robe, les rendez-vous médicaux, les activités… j’ai un calendrier dans la tête. Charge mentale, bonjour!
5. Préparer les valises pour un week-end ou un long séjour sans aucune liste, et sans rien oublier (mais en ayant beaucoup trop).
6. Cuisiner un dîner pour 5 avec le contenu d’un frigo rachitique en 20 minutes.
7. Savoir se taire et rester patiente en cas de chamailleries ou de crise d’ado. Cela fait peu de temps que je l’applique, et je m’en sors beaucoup mieux comme ça, à prendre de la distance et ne pas jouer l’arbitre. Je deviens plus pédagogue et diplomate face aux états d’âme des uns et des autres.
8. Soigner un bobo ou un chagrin avec un simple coton imbibé d’eau.
9. Porter les courses, les cartables, le courrier, les clés, dans les escaliers sans tomber, un vrai sherpa !
10. Mêler en désordre vie personnelle, vie professionnelle, vie de blogueuse, vie d’épouse, vie de mère, vie de copine, vie de sœur et de fille. Une conciliation d’équilibriste.

Forcément, il y a un pendant négatif à tout ça, j’ai des points faibles dont mes filles pâtissent. Enfin, il paraît que c’est très bon d’avoir des parents imparfaits pour se construire. Je les évoquerais peut être plus tard.
L'insouciance face à l'océan de Miami Beach

mardi 16 juillet 2019

Road trip aux Etats-Unis: Motel ou Hôtel?

Partir en road trip aux Etats-Unis implique de trouver des lieux où dormir à chaque étape. Que l’on réserve à l’avance ou que l’on trouve au jour le jour, il y a deux possibilités, un hôtel ou un motel. 
Quelle est la différence exactement entre ces deux types d’hébergement ? Qu’est-ce qui est le mieux ? On a testé pour vous. 

Le motel est un type d’établissement spécifique et très répandu aux Etats-Unis. 
Il représente vraiment le cliché américain, vu et revu dans les films et séries. Impensable pour nous d’aller aux Etats-Unis sans dormir dans un motel !
Un motel (contraction de motor et hôtel) est un hôtel situé aux abords d’un axe routier, en périphérie des villes. C’est un bâtiment unique avec des chambres au rez-de-chaussée, voire sur un ou deux étages, dont toutes les portes donnent sur le parking. C’est cette particularité qui me fait souvent penser à une planque de gangsters en cavale, avec son ambiance de bord de route, la voiture garée devant la chambre et la possibilité de s’échapper à tout instant.

Une nuit dans un motel est moins chère que dans un hôtel classique, il n’y a pas toujours de réception, ni de petit-déjeuner (ou alors très sommaire). Les chambres possèdent un ou plusieurs lits, une télévision, un réfrigérateur, un micro-ondes, une salle de bain (et sont propices aux séjours à long terme).
Tous les motels que nous avons vus avaient deux grands lits doubles par chambre. L’opération était donc un peu plus compliquée pour nous (à 5) car il fallait trouver des chambres ou suites avec trois lits doubles ou (plus souvent) deux lits doubles et un canapé convertible ou un cinquième couchage, lit supplémentaire (roll-away bed) en option pour environ 20 dollars.

Certes, le prix d’une chambre est moins onéreux, mais le confort et la propreté restent acceptables si on ne sélectionne pas le motel le plus miteux de la région. Par contre, l’environnement est forcément plus bruyant, entre les voisins, l’ouverture directe sur l’extérieur, la grosse climatisation et la route.
Mieux vaut se renseigner, lire les avis, regarder les photos pour savoir où vous mettez les pieds. Car une nuit en motel c’est un peu comme ouvrir une pochette surprise, il y en a de tous types : originaux, typiques ou décevants. 

Reste que la solution motel est pratique en road trip car elle est adaptée au stationnement de la voiture. Si vous n’avez pas réservé en amont, un panneau « vacancy » vous permettra de savoir qu’il y a des chambres disponibles (à l’inverse de « no vacancy » si il est complet).
Il existe de nombreuses chaines de motel aux US, mais tous ne se valent pas (même à l’intérieur d’une même enseigne) : Motel 6, Wyndham Hotels (Travelodge, Super 8, Days Inn, Baymont…), Quality Inn, Choice Hotel. Il y a aussi des motels indépendants, à vous de chercher. 

En parallèle, un hôtel bénéficie d’un plus grand standing que le motel.
Son confort va croissant selon son nombre d’étoiles. Des services sont plus largement proposés (restauration, équipements, room service, piscine, laverie, salle de conférence).
Si, comme moi, vous voyagez avec un mari et des enfants qui aiment le confort et le luxe, mesurez bien votre réservation sur un motel très respectable, au risque d’avoir la soupe à la grimace. 

J’ai alterné hôtels et motels durant notre séjour en Floride et la première réflexion que j’avais quand on arrivait dans un motel c’était « on reste combien de nuits ici ? ». Mes compagnons de voyage en devenaient très critiques sur les hôtesses d’accueil un peu creepy, la piscine hyper fréquentée, et le petit-déjeuner réduit au minimum. Mais il faut comparer ce qui est comparable. Le motel faisait bien le job et nous n’y passions pas notre journée.
Pour info, voici les motels où nous avons dormi :
Shalimar Motel 6200 Biscayne Bvd, 33138 Miami.
Fairway Inn Florida City, 100 Southeast 1st Avenue, 33034 Florida City
Harborside Motel & Marina, 903 Eisenhower Dr, 33040 Key West (coup de coeur).

Et les hôtels fréquentés lors de notre voyage:
Cocoa Beach Suites, 3655 North Atlantic Avenue, 32931 Cocoa Beach
Quality Inn By the Parks, 2945 Entry Point Bd, 34747 Orlando
Comfort Suites, 5690 Honore Avenue, 34233 Sarasota
Hawthorn Suites by Wyndham, 3557 Pine Ridge Road, 34189 Naples
OB Brickell Miami, 1451 South Miami Avenue, 33130 Miami

vendredi 5 juillet 2019

Wynwood, quartier street art à Miami



A Miami, il n’y a pas que Miami Beach et Ocean Drive, il faut compter avec le quartier de Wynwood. C’est Argone du blog atasteofmylife, grande fan de street art, qui m’a donné envie la première d’aller m’y promener. Wynwood est réputé pour ses peintures murales colorées si tendance. 
Amateur ou non, on se sent bien dans ce musée de rue à ciel ouvert.
Revers de la médaille, attendez-vous à un défilé de selfies, pléthore de cantines bio, de brasseries artisanales, de boutiques de mode et de galeries d’art (comme la Rubell Family avec des œuvres de Jean-Michel Basquiat, Keith Haring ou Jeff Koons).

Ce lieu arty, était une zone industrielle lugubre il y a encore 20 ans. Des artistes ont commencé à s’installer dans d’anciens entrepôts, situés non loin du Design District où a lieu la manifestation d’art contemporain Art Basel. L’entrepreneur Tony Goldman a ensuite surfé sur la vague et redynamisé le quartier de Wynwood devenu ce lieu hautement instagrammable aujourd’hui. 
Au sein du quartier de Wynwood, le Wynwood Walls, musée gratuit en plein air, est incontournable. C’est un jardin qui présente de nombreuses œuvres de street art d’artistes célèbres. Tous les murs sont recouverts de dessins qui frappent l’œil. Une extension dans une ancienne décharge existe également, le Wynwood Doors, qui présente une collections d’artistes en devenir. 
A Wynwood vous pouvez voir entre autres les fresques murales de
Invader, Shephard Fairey, Retna, Kenny Scharf, Eduardo Kobra, Evoca 1, La Pandilla, Maka, Renda Writer, Ron English, Steep, Christopher Maslow, Kashink, Lady Pink.

Vous trouverez chez Miami Tripee une carte interactive de Wynwood avec la localisation des œuvres, de restaurants, parkings et arrêts de bus.

Wynwood Walls, 2520 NW 2nd Avenue, 33127 Miami. tlj 10h30-23h30, sauf le dimanche 10h30-20h.
Hôtel OB Suites Brickell, 1451 South Miami Avenue, 33130 Miami (742 euros pour 3 nuits dans un appartement tout confort 5 personnes et une vue sur Brickell et la baie de Miami).

mardi 2 juillet 2019

Miami Beach et Ocean Drive



Dernière destination de notre roadtrip en Floride, Miami, la capitale et Miami Beach, ce lieu qui évoque palmiers et bling-bling. Miami Beach est le quartier le plus branché et le plus luxueux de la capitale. Cette station balnéaire des années 30 est un décor de carte postale (et de série tv). Reliée à Miami Downtown par des ponts, la plage est large et l’eau d’un bleu turquoise intense. Et les cabanes de sauveteurs en mer font tellement partie de Miami Beach que la photo cliché devant celles-ci est à faire.

A l’extrémité sud, South Beach attire pour son architecture du début du 20e siècle au style Art Deco. Les bâtiments aux tons pastel d’Ocean Drive sont des pépites architecturales construites en 1926 après l’incendie du quartier. C’est le début du tourisme à Miami Beach, ce style floridien est nommé Tropical Art Deco. La clientèle branchée en fait la riviera américaine, une destination de vacanciers et noctambules attirés par la douceur du climat, le bronzage, le culte du corps, le sport (volley, gym, vélo, basket), les boîtes de nuit, l’animation des bars, les voitures de collection et de luxe. Ocean Drive est une virée classique et indémodable de jour comme de nuit pour sentir l’ambiance de cet alignement de bars, d’hôtels et de restaurants.

Miami Beach est une destination incontournable de Miami, il y a beaucoup de monde, mais la promenade piétonne dans le parc le long de la plage permet d’avoir un bel aperçu de la culture de la fête à outrance, et encore, nous n’y étions pas pendant le Spring Break. Contrepartie du succès, il faut regarder où l’on met les pieds sur la plage, les déchets et bris de verre faisant hélas partie du décor. (Un sauveteur m’a recommandé de laisser leurs sandales aux enfants).

Les hôtels à ne pas manquer : Carlyle, Leslie, Colony, Majestic, Avalon, Cavalier sur Ocean Drive ; Delano, Essex House sur Collins Avenue.

Y aller : traverser le pont en voiture, stationnement au parking public (moins cher, 2 dollars de l’heure tout de même).
Astuce : côté Ouest, la Biscayne Bay est plus calme avec une vue sur Downtown Miami, et les îles privées des milliardaires comme la Fisher Island. Vous y trouverez des hôtels avec piscine accessible  si vous consommez.
Nous logions à l’hôtel OB Suites Brickell, 1451 South Miami Avenue, 33130 Miami (742 euros pour 3 nuits dans un appartement tout confort 5 personnes et une vue sur Brickell et la baie de Miami).