mardi 28 février 2017

Une journée au château de Prague, ville dans la ville



Lors de notre séjour à Prague, nous avions prévu l’incontournable visite du château. Les billets étaient réservés à l’avance pour éviter la queue. Et une journée n’était pas de trop pour en profiter car c’est l’un des plus grands châteaux au monde.
Le château de Prague est quasiment une petite ville à lui tout seul, avec ses cours, ses musées, ses églises, ses jardins, dominés par l’immense cathédrale gothique saint-Guy.
Ce qui m’a d’abord attiré, c’est son histoire, celle des rois de Bohême, des empereurs du Saint-Empire romain germanique ou des présidents de la République tchécoslovaque.
Et puis, on ne peut louper cet édifice sur la colline qui domine la vieille ville de Prague, relié à elle par le fameux pont Charles. (Pensez à jeter une pièce du pont Charles pour faire un vœu, ou à accrocher un cadenas pour les amoureux).
Ce que j’ai préféré de cette journée, c’est la richesse des vitraux de la cathédrale Saint-Guy, je n’en ai jamais vu d’aussi beaux… même à Chartres (ma ville de naissance, yeah !). La porte d’Or de la cathédrale abrite les joyaux de la couronne de Bohême.
On ne reste pas non plus indifférent au style rococo de la Salle espagnole ou à l’architecture des voûtes ogivales de la salle Vladislav du Palais.
Et puis, il a la Ruelle d’Or, célèbre à juste titre. Adossées au mur d’enceinte, la rangée de maisonnettes miniatures (hauteur d’homme) était habitée par les défenseurs du château. Puis, elles ont été habitées par des artisans et fonctionnaires de la cour. Cette ruelle c’est toute l’âme de Prague. On dit même que l’empereur Rodolphe II y logea ses alchimistes. L’auteur Franz Kafka y a même habité pendant 2 ans.
Pour terminer, visiter le château de Prague c’est aussi bénéficier d’une vue imprenable sur la ville, avec un peu de neige en janvier, c’était magique.

Vue sur la cathédrale Saint-Guy (Les Petites M)
Château de Prague par temps brumeux (Les Petites M)
Voûte et perspective de la cathédrale Saint-Guy à Prague (Les Petites M)
Les vitraux de la cathédrale Saint-Guy (Les Petites M)
Salle Vladislav du Palais de Prague (Les Petites M)
Vue sur la vieille ville depuis la fenêtre du château, lieu la Défenéstration de Prague (Les Petites M)
Ruelle d'Or en janvier à Prague (Les Petites M)
échoppe bleue de la Ruelle d'Or (Les Petites M)
échoppe verte de la Ruelle d'Or (Les Petites M)
échoppe rouge de la Ruelle d'Or (Les Petites M)
Vue sur la ville de Prague depuis le château (Les Petites M)
Les escaliers pour atteindre le château de Prague (Les Petites M)

lundi 20 février 2017

Mes 5 astuces pour réussir une sortie culturelle avec des enfants



Au cours de nos pérégrinations, nous aimons découvrir en famille de nouveaux lieux, une nouvelle ville, un monument ou un musée… Parfois, nos filles n’ont pas envie de cette sortie culturelle. Mais elles en ressortent toujours avec une anecdote.
Voici mes 5 trucs et astuces pour les intéresser à une visite. 

• Limiter la durée de la visite, même si vous avez envie de passer des heures devant ce tableau ou d’arpenter la vieille ville sur des kilomètres, il faut prendre en compte le seuil de tolérance des enfants pour ne pas les dégoûter. En général, deux heures c’est le maximum qu’on se donne. Si c’est plus long, on fait des pauses (déjeuner, goûter, aire de jeux,…). 

• Opter pour les supports proposés aux enfants pour la visite. Que ce soit un audioguide spécial kids comme celui du Château de Chenonceau ou un livret de visite avec coloriages, jeux et activités comme au Clos Lucé, ces aides à la visite sont vraiment précieuses pour capter l’attention de l’enfant. La cerise sur le gâteau étant l'obtention un petit cadeau à la sortie si l’enfant a terminé son livret comme au Château de Châteaudun

• Axer l’attention des enfants sur trois ou quatre œuvres majeures de l’exposition ou trouver des œuvres qui leur parlent (comme les dessins d’enfant de Picasso lors de l’expo au Mucem ou une sculpture un peu bizarre qui dénote). Et leur expliquer en termes simples les détails de l’œuvre, le choix des couleurs ou l’anecdote associée. 

• Demander aux enfants à la fin de la visite, leurs oeuvres préférées et ce qu'ils n'ont pas aimé. Les réponses sont toujours très intéressantes et parfois étonnantes. 

• Orienter les visites sur des lieux plus kidfriendly que d’autres. Bon point pour le Musée de la chasse et de la nature et pour le Musée en Herbe. La bienveillance envers les familles est vraiment primordiale. Quel plaisir de rencontrer des surveillants de musée ou des gardiens de monuments qui ne sont pas dans la remontrance mais dans l'explication! Le mot magique pour ces visites en famille c'est l’écoute des enfants !
Le château de Chenonceau pour les enfants
Au Mucem en famille

Sorties Kidsfriendly

vendredi 17 février 2017

Capillairement compliqué: mon aventure du cheveu blanc

Il y a eu la maternité, et les séances de coiffeur post grossesse entre plaisir de se retrouver seule et montées de lait. 
Et puis il y a eu la trentaine avec cette volonté de revenir à mes cheveux au naturel et d'arrêter les mèches. Et surprise! Les cheveux blancs s'étaient invités. J'ai fait quelques colorations, le résultat était plutôt triste. 

Il y a deux ans, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure du cheveu gris. Ma coupe s'est raccourcie, les racines se sont allongées. 
La tendance de la chevelure gris perle n'y était pas pour rien non plus. Mais force est de constater que je n'ai pas le cheveu blanc aussi rayonnant que Sophie Fontanel... 
J'ai donc camouflé tant que j'ai pu avec des sprays colorants (Magic retouch de L'Oréal) qui n'ont fait que m'assécher les cheveux et le cuir chevelu pour un rendu laque des plus vieillissants.
 
Retour à la case départ. Je me suis accrochée quelques mois supplémentaires avec mes 20 centimètres de cheveux gris et les tempes blanchies. Et je suis passée à une coloration sans oxydant ni ammoniaque qui part en quelques shampooings (Dédicace de L’Oréal). 

Au final, je ne m’y faisais pas à cette chevelure terne qui me vieillissait. Un mercredi après-midi sans enfants, j’ai poussé la porte d’un coiffeur, d’un vrai qui connait son métier. J’ai vraiment été enchantée de l’accueil et du professionnalisme de ma désormais coiffeuse attitrée. 

J’en suis ressortie le porte-monnaie allégé, mais la mine éclairée par un mélange de shatush et balayage. Sur une base de cheveux crêpés, j’ai eu une coloration appliquée en V pour un effet naturel et lumineux proche de ce que fait le soleil en été. Par-dessus, elle a fait une pastellisation (ou patine) pour booster la couleur, dynamiser les reflets et la brillance. Et le plus de cette expérience : un moment de détente dans un fauteuil massant. 

Bref, j’ai craqué, les cheveux blancs ne sont pas pour tout de suite, même si je les laisse vivre leur vie et que les mèches ne couvrent pas tout. Mes filles sont ravies de retrouver une maman « pas trop vieille ». Je laisse  Astrid faire sa propre expérience du cheveu blanc et je vais suivre de près son parcours. Moi j’ai cédé au dictat de l’image, pas que pour les autres, mais pour moi aussi.