vendredi 7 octobre 2016

Une année de petit chat

Le temps passe, le chaton mignon a grandi avec nous. Nous nous sommes habitués réciproquement à vivre ensemble. Après toutes nos interrogations.
Etudiante, j’avais envisagé adopter un chat, sans passer à l’acte. Les enfants grandissant et leur envie d’animal également, la question s’est de nouveau posée. Je ne tenais pas vraiment à cette contrainte et je m’y suis opposée plusieurs années. 

Et puis, le déclic. En vacances dans un gîte en Auvergne l’été dernier. Une belle soirée avec nos hôtes et des airs de piano, et un chat qui vient sur mes genoux et ronronne. Le coup de foudre. Le soir même et une grande partie de la nuit, je surfe sur mon téléphone et je me renseigne sur les différentes races et caractères. Je me suis posée des tas de questions sur le bonheur d’un chat en appartement. Et rapidement, il s’est avéré qu’un chat de race correspondrait à nos attentes enfant + appartement.

Coup de foudre pour le Ragdoll et le Sacré de Birmanie, un chat assez grand, au poil mi-long, aux yeux bleus. Calme, câlin et « poupée de chiffon » (traduction de ragdoll) quand il est dans les bras. Restait à trouver LE chaton que l’on accueillerait. Et là, difficile de s’y retrouver dans la jungle d’annonces, de chatteries et autres publicités non sérieuses. Puis ce coup de cœur pour une photo, pour le texte de l’annonce si respectueux de l’animal. Le premier contact par mail avec la propriétaire a été chaleureux, elle a senti notre engouement. Et après le contact téléphonique, j’ai compris qu’elle nous choisissait comme famille d’accueil.

Nous n'avons prévenu personne de ce coup de folie avant d’être sûrs de son arrivée.
Et puis ce soir de fin septembre, à la nuit tombée, nous l'avons attendue.
Toute la famille dans le salon devant cette petite boule de poils qui peine à sortir de son cocon. Si petite dans le grand salon. Un chat-bébé qui nous suit partout, cherche notre attention, se pose toujours près de nous. Un besoin de présence constant assez déroutant, nous qui avions une idée du chat solitaire
Puis, peu à peu, nous nous sommes habitués à elle et elle à nous. Nous lui avons ouvert les autres pièces de l’appartement. Elle s’est habituée à son territoire et est devenue plus indépendante.

Elle ne reste jamais bien loin de nous. Elle fait partie intégrante de la famille. Elle part en vacances avec nous sans problème, elle vit avec nous tout simplement, et je n’imagine pas notre vie sans elle désormais.
Notre Lhassa, croisée Birman et Ragdoll, un an
Un an plus tard:
J'aime comme elle nous attend quand on rentre à la maison, elle arrive en miaulant et s’allonge sur le flanc pour se faire carresser.
J'aime comme elle nous regarde et cligne lentement des yeux quand on lui parle.
J'aime comme elle se fait "poupée de chiffon" lorsque je la porte.
J'aime sa douceur extrême dans mes bras et qu'elle pose une de ses pattes sur mon visage.
J'aime quand elle attend que je me sois couchée pour venir se lover sur mes pieds.
J'aime comme elle se fascine pour l'eau qui coule au point d'accourir dès qu'elle m'entend arroser les plantes.
J'aime quand elle adopte une position de chasse pour bondir sur des proies invisibles.
J'aime comme elle connaît mes habitudes par coeur au point de deviner mes intentions ou mes déplacements. 
J'aime la petite trace blanche au coin de la bouche qui lui fait comme un sourire.
J'aime comme son pelage continue de se charger en nuances plus ou moins sombres mois après mois, entre beiges et gris.
J'aime son petit ventre tout blanc, tout doux.
J'aime comme elle s'abstient, toujours, de sortir ses griffes avec moi.
J'aime comme elle se laisse couvrir de câlins avec toujours autant de ronronnements et comme elle fait comprendre qu'elle en a marre en miaulement et montrant les dents.
J'aime quand elle cale sa petite tête dans la main de miss E et semble s'y abandonner complètement.
Lhassa et ses positions de chat improbable
Voilà, c’est officiel, un an de petit chat, et je me souviens encore des larmes de joie des filles quand elle est arrivée... 
Demain les chats... domineront le monde?
Il y a un an, le bébé poilu, chaton aux grandes oreilles!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un petit mot ici. Ce blog aime les échanges et le partage.